FRANCESCA SOLLEVILLE

« Francesca Solleville n’aime pas qu’on l’affuble du nom de « grande dame de la chanson », certes, mais elle est sans aucun doute une grande dame tout court, qui vit pour ce qu’elle partage avec son public : de la générosité, de l’amour, de la rage aussi… Toujours droite… Une grande classe !

Elle chante ses auteurs qu’elle sert avec force, des mots et idées qu’elle porte haut pour les offrir avec tendresse, les yeux dans les yeux des premiers rangs.   « Francesca Solleville c’est le point sur le i d’humanité » a dit Christian Paccoud (ACI). Oui, on pourrait aussi écrire « le poing sur le i d’humanité ».
C’est grâce à sa rencontre avec Léo Ferré que Francesca a débuté dans la chanson – elle évoluait alors dans le monde du lyrique – avec des textes de Pierre Seghers, Luc Bérimont, Aragon, que Léo Ferré avait mis en musique et qu’il lui a donnés avant de les avoir lui même enregistrés. Un immense cadeau que Francesca n’a jamais oublié !

Accompagnée par Nathalie Fortin au piano, belle artiste et amie fidèle, Francesca propose un répertoire autour des chansons de Léo Ferré, mais aussi de Guy Thomas, Jean Ferrat, Jean-Max Brua,  Allain Leprest ainsi que ses auteurs actuels, parmi lesquels vous rencontrerez les signatures d’Anne Sylvestre, Pierre Grosz, Rémo Gary, Bernard Joyet, Thomas Pitiot… Des textes ciselés sur mesure pour une interprète exceptionnelle.

Francesca Solleville, c’est un engagement artistique et humain exceptionnel que l’on souhaite à chacun de rencontrer. »

FrancescaSolleville

Photo : Eric Traoré

« Francesca, toute droite, chante. J’allais dire fonce, et son chant devient évidence, comme une part d’elle-même
et des autres à laquelle on ne peut échapper »

Jean Ferrat

Actualités

  • bando-francesca.jpg

    Francesca Solleville au Café de la Danse le 5 mars

    Francesca Solleville présentera son nouvel album « Dolce Vita », produit par EPM, le 5 mars 2017 à 17h00 au Café de la Danse à Paris.

    Dolce vita est le 24e album de Francesca Solleville : « Ce disque parle du pire et du meilleur : c’est ma vision de la vie ». Et l’artiste de préciser : « Ce n’est pas que, par ce disque, je signe ma vie, mais c’est à peu près ça .Les auteurs et les compositeurs de ces 14 chansons m’ont fait revivre ma vie. »

    Elle sera accompagnée sur scène de tous les musiciens avec qui elle a partagé au studio Malambo chaleur et complicité  : Nathalie Fortin, Cécile Girard, Jean-Yves Lacombe, Bertrand Lemarchand et Michel Précastelli.

    Dolce Vita

    Merlin Prod'Francesca Solleville au Café de la Danse le 5 mars
  • infos-3.jpg

    Sortie le 29 avril d’un coffret 3 CD de Francesca Solleville, produit par EPM.

    Ce coffret est une sélection de 69 titres s’articulant autour de 3 axes moteurs de sa carrière discographique.

    placestik

    Volume 1 : Je suis ainsi pas autrement
    Sélection des titres marquants des années 60 ainsi que le meilleur des enregistrements autour d’Aragon
    Volume 2 : Les chants des hommes
    Anthologie des chansons dites « coup de poing » autour des grandes causes défendues par Francesca
    Volume 3 : À tous les enfants
    Regroupe le meilleur des années « chant du monde », la célébration de l’amitié et un hommage significatif à Leprest.

    Merlin Prod'Sortie le 29 avril d’un coffret 3 CD de Francesca Solleville, produit par EPM.
  • bando-francesca.jpg

    Les mardi coup de coeur du Limonaire de décembre

    Francesca Solleville au Limonaire tous les mardis de décembre, accompagnée par Nathalie Fortin au piano.

    Spectacle à 22h00

    Ouverture à 18h00, restauration à partir de 19h00 (vivement conseillée)

    Réservation au 01 45 23 33 33

    _DSC0844

    Photo : Chantal Bou-Hanna

    Merlin Prod'Les mardi coup de coeur du Limonaire de décembre
  • actus-francesca.jpg

    Francesca Solleville à Clermont-Ferrand

    Les Amis de la Commune 1871 de Clermont-Ferrand vous convient à leur fête le dimanche 27 septembre à partir de 11h30.

    La journée se terminera par un spectacle autour de l’oeuvre de Jean Ferrat avec Francesca Solleville  entourée de François Marthouret et Nathalie Fortin.

    Journée 27 septembre-page-001

    Merlin Prod'Francesca Solleville à Clermont-Ferrand
  • francesca1.png

    Francesca Solleville en Belgique

    Francesca Solleville, accompagnée par Nathalie Fortin au piano ce week-end en Belgique :

    – Samedi 25 avril à 20h00 au Centre Culturel de Marchin

    –  Dimanche 26 avril à 15h00 à la Ferme de la Jussière à Vierves sur Viroin

    Toutes les infos sur la page agenda

    Merlin Prod'Francesca Solleville en Belgique
  • spectacle1.jpg

    Francesca Solleville, acte II

    Extrait de l’article de Norbert Gabriel sur « Nos Enchanteurs » :

    « Ce premier acte de la grande anthologie Francesca Solleville a montré toute l’originalité du projet, avec son kaléidoscope d’émotions-souvenirs partagés sans aucune nostalgie doucereuse, c’est comme si on vivait en direct des moments de vie d’hier sans la touche « passé-sépia » qui renvoie à des époques révolues »

    On se retrouve pour l’acte II le dimanche 8 mars ?

    Francesca Solleville_Flyer_derniere version10x15

    Merlin Prod'Francesca Solleville, acte II
  • bando-francesca.jpg

    « Quand auront fondu les banquises »

    Francesca Solleville participera au colloque en hommage à Allain Leprest qui se tiendra à Bordeaux jeudi 15 et vendredi 16 janvier au Musée de l’Aquitaine.

    Ce colloque est organisé par Stéphane Hirschi, Julie Mansion-Vaquié et  Pascal Pitone des Universités de Bordeaux et de Valenciennes.

    Entrée libre

    Musée d’Aquitaine de Bordeaux, 20 cours Pasteur (tram B)

    Horaires : à partir de 13h00 le jeudi, fin le vendredi à 13h00

     

     

     

     

    Merlin Prod'« Quand auront fondu les banquises »

Un peu d'histoire

Francesca Solleville est née à Périgueux d’un père gascon et d’une mère italienne. Sa mère joue du piano. Francesca étudiera la littérature française et suivra des études supérieures de lettres. Parallèlement, elle apprend le métier de chanteuse lyrique avec Marya Freund, chante le répertoire classique et devient choriste à Radio France.En 1959, M. Philippe Gérard lui demande d’interpréter « La rose du premier de l’an »  et « Un homme passe sous la fenêtre et chante » de Louis Aragon, à la Mutualité, à l’occasion de la sortie de : « La semaine Sainte ».Léo Ferré est là. Il vient de créer dix chansons d’Aragon. Il donne rendez-vous à Francesca Solleville le lendemain pour lui confier les chansons qui constitueront son premier répertoire. Ce soir là, elle aura conquis un nouveau public qui lui restera fidèle. Elle aura également trouvé son chemin de chanteuse et construit la base d’engagements artistiques dont elle ne s’éloignera plus. Dès lors, commence sa carrière de chanteuse. Les Cabarets de la Rive Gauche en sont le passage obligé. Elle s’y produira régulièrement ; à l’Ecluse, où elle chante avec Barbara et Brigitte Fontaine, à La Contrescarpe où Elsa Triolet et Louis Aragon viendront l’écouter, à la Colombe et au Port du Salut où chantent également Christine Sèvres, Jacques Debronckart, Maurice Fanon, Pia Colombo, Pierre Louki… En chemin, elle croisera Anne Sylvestre, Catherine Sauvage, Pia Colombo, Hélène Martin, Pierre Seghers, Luc Bérimont, Jean Ferrat…Elle est alors une des seules interprètes à défendre un répertoire composé de textes de poètes, mis en musique par M. Philippe Gérard, Léo Ferré, Jean Ferrat, Hélène Martin…En 1964, elle reçoit le Grand Prix de l’Académie Charles Cros. C’est le temps des galas de soutien, des occupations, des luttes et des maisons de la culture, des rencontres, des débats divers, des spectacles dans les usines, des grandes scènes… Comme ses compagnons de route, elle se produira partout, donnera de son temps et de son talent. De ce temps, il est resté pour les publics rencontrés, une connaissance de la chanson française et des poètes, unique dans l’histoire de la chanson. C’est aussi le temps des galas nombreux et des grandes tournées. En 1963, incursion au cinéma : Francesca Solleville joue dans le film de Jacques Baratier,  « Dragées au poivre » et chante.Au théâtre elle joue sous la direction des plus importants metteurs en scène du théâtre populaire (Roger Planchon, Hubert Gignoux, Catherine Dasté, Pierre Debauche,Dominique Guihard, Jean-Claude Penchenat, Jacques Rosner). Elle continue ses tournées et ses galas en France et à l’étranger.

Une nouvelle période de la carrière de Francesca Solleville s’ouvre quand elle fait la connaissance, en Ardèche, d’Allain Leprest, qui a toujours eu envie de lui écrire des chansons. Avec la complicité musicale de Jean Ferrat, de Gérard Pierron et de Michel Précastelli, elle enregistre un CD composé de textes écrits par Allain Leprest : « Francesca Solleville chante Allain Leprest » (1994). Deux ans plus tard, elle récidive avec d’autres textes d’Allain Leprest, avec l’album public « Al Dente », spectacle mis en scène par Jacques Rosner au CDN de Toulouse. Vient ensuite l’album « Grand frère, petit frère » qui doit son titre à la dernière chanson de Jean-Max Brua. Cet album regroupe des chansons écrites pour elle par Anne Sylvestre, Pierre Grosz, Allain Leprest, Gilber, Pierre Louki, Michel Bühler, Bernard Joyet, Jean Vasca, Gérard Pierron, Michel Précastelli, Jean Ferrat, Francis Lemarque…Une magnifique tournée au Japon sera l’occasion d’enregistrer à Nagoya un album de répertoire, « Le disque de la tournée, Japon 2001 » (Maurice Fanon, Mac-Orlan, Jean Ferrat, Jacques Brel, Léo Ferré, Louis Aragon, Boris Vian, Allain Leprest…).Avec « On s’ra jamais vieux », Francesca Solleville retrouve Michel Précastelli et ils signent ensemble un album piano voix uniquement composé pour elle, hormis deux chansons dont l’hommage à Pia Colombo de Maurice Fanon. Puis vient « Donnez-moi la phrase… » sorti en 2007. Il n’y a que le CD de Francesca Solleville pour recevoir en une fois ces paroliers et ces musiciens. Allain Leprest, Gilbert Lafaille, Yvan Dautin, Rémo Gary, Thomas Pitiot, Gérard Pierron, Michel Bühler, Anne Sylvestre, Bernard Joyet, Jehan…
À cette liste il faut ajouter ceux qui ne chantent pas ou plus, les Guy Thomas et Jean Ferrat, celles et ceux qui donnent le la : les pianistes comme Nathalie Fortin et Michel Précastelli…En 2009, un premier floriilège « Je déménage » nous a fait patienter jusqu’à la sortie en décembre du coffret d’anthologie « Venge la vie » qui regroupe 5 cd et 102 chansons extraites des vinyles de 1959 à 1983, à l’occasion de son passage à la maison de la poésie à Paris et pour fêter ses 50 ans de chanson.

Depuis ses débuts dans les cabarets, Francesca Solleville a inscrit à son répertoire Aragon, Eluard, Genet, Mac-Orlan ou Guillevic… Elle a su, avec un sens inné des rencontres artistiques, choisir pour compagnons de route les auteurs compositeurs les plus brillants de la chanson française d’expression et a toujours su détecter parmi les jeunes artistes les talents les plus singuliers.

Elle aura joué à Paris  Au Vieux Colombier, à l’ABC, à Bobino, à Pacra, au Palais des Glaces, au théâtre de Dix Heures, au Café de la Danse, à l’Olympia, à l’Auditorium St Germain des Prés, en tournée dans le monde entier. Elle n’a jamais abandonné ses racines et continue à chanter dans des petits lieux qui se consacrent à la chanson française. Elle est accompagnée au piano par sa talentueuse complice, Nathalie Fortin. Jamais Francesca Solleville n’aura été plus lucidement généreuse. Elle s’impose, si besoin en était, comme l’une des plus grandes interprètes de chanson d’expression française d’aujourd’hui.

Francesca Solleville / Montrez-moi la phrase
un film de Bernard Darnault
(Bande annonce)
Documentaire – 52′ – HD – Stéréo – France – 2011

Ils ont dit...

« Les mots qui tous ont été inventés par le peuple, sont le fruit de la vie quotidienne, du rire, de la douleur, du mouvement et du travail, qui tous sont montés de la rue ou des campagnes pleins de vies et d’accents. Les mots à mesure que les peuples les inventent, sont faits prisonniers, chloroformés, étiquetés par la bourgeoisie et ses poètes.Ces mêmes mots, aujourd’hui, grâce à quelques très rares chanteurs, retournent à la rue. Francesca est un de ces tempéramentsexceptionnels. Quoi qu’elle chante, où qu’elle chante, elle chante pour la rue et dans la rue. Elle s’adresse à la foule»

« Si la chanson ressemble à un pays d’insoumis,elle en est l’une des voix les plus vives, les plus exigeantes.Femme d’intégrité et de passion, de combat et d’idéal,elle portement les mots des poètd’une interprétation fougueuse, vibrante… »

« C’est une des grandes voix de la chanson française, une belle interprète au timbre généreux, à la personnalité en-tière, debout sur les couleurs du coeur, énergique et revi-gorante. La chanson à besoin de cette f. »

« Pour être absolument sincère, j’avoue en matière de chanson, préférer toujours l’inter-prétation de l’auteur lui-même. Peu m’importe que sa voix tremblote ou chevrote, qu’il chante entre ses dents ou dans sa barbe ou qu’oute allure, pour s’en débarrasser par timidité, bref qu’il la dévalue car, de toutes manières, cela vaut mieux que la trahison, c’est à dire l’interprétation abusive, celle qui, à force de mimiques et de nuances appuyées, tend à usurper la paternité de la chanson. Des interprètes honnêtes, il en existe, mais parmi les femmes très peu et pourtant, quand une femme chante hon-nêtement cela est plus beau que n’importe quoi, d’où mon admiration pour Francesca Solleville.L’interprétae de jeu comme la comédie. C’est un certain dosage de goût, d’intelligence, de sensibilité et d’intuition qui crée le styleyle en termes de morale surtout quand il s’agit de chansons et pour moi, la première vertu de Francesca Solleville est sa profonde honnêteté. Elle ne cherche pas à rendre une chan-son drôle plus drôle ou une chanson triste plus triste ; elle fait son travail d’interprète qui consiste à mettre en valeur. Elle met en valeur le chant plutôt que la chanson, la mélodie plutôt que les idéest à elles-mêmes. … Ses disques me donnent la conviction qu’elle n’exécute en scène aucun geste idiot. On a déjà parlé de sa sincérité, je préfère louer sa franchise : pas un double sens, pas un sous-entendu, pas une rouerie dans sa voix, elle chante fort, juste, clair, naturel, direct, d’une manière à la fois très juvénile et très professionnelle.»


«Quand une femme chante honnêtement, cela est plus beau que n’importe quoi, d’où mon admiration pour Francesca Solleville.»


« Francesca, le prénom déjà parle. Franciscaine du pays d’Assise ? Compagne de route de Garibaldi ? Soeur du soldat de Marsala ? Jamais, depuis quarante ans qu’elle chante, Francesca Solleville n’a été aussi elle-même, aussi libre, aussi drôle dans ses mimiques, aussi émouvante dans ses emportements. On l’imagine toute à ses élans de coeur, on la croit d’un bloc, elle attaque par l’ironie.Francesca aime la scène, qu’on se le dise, elle prend l’espace et la lumière, les deux pieds plantés derrière celui du micro, dans la posture indémodable de la contrescarpe ou du Cheval d’or. La chaleur gagne le public. Sea-ting ovation dit-elle malicieuse. Ils se lèveront comme un seul homme. Francesca la généreuse ne lâche pas la rampe. »

«Il y a dans la chanson des voix qui n’oublient jamais d’où elles viennent, qu’on ne verra jamais courber l’échine devant la mode et se refaire le nez. Francesca Solle-ville, c’est une voix prompte à la rébellion, farouche, tout d’une pièce. C’est une voix d’, que veine le vibrato du drame, de l’indignation, des pleurs qui ne tarissent que par la colère. Oh, bien sûr, elle a des mélancolies, des tendresses à grosses mains, des belles bourrades d’amitié, d’amour. Mais elle est surtout une combattante, une fraternelle, une courageuse.»


« Une voix pleine, bien timbrée, aux accents d’une impétueuse sincérité qui détaille avec juste ce qu’il faut

d’ironie, d’insolence avertie, les chansons d’aujourd’hui. »


©Françoise Ducastel

Ses derniers albums

Femme de convictions et de passions, voilà plus de 50 ans que Francesca met sa voix vibrante au service des poètes et des auteurs de qualité comme Louis Aragon, Allain Leprest ou Jean Ferrat.
Jean Ferrat, son véritable ami de toujours, lui a d’ailleurs écrit de nombreuses chansons (textes et / ou musiques) qu’elle a chantées et enregistrées tout au long de sa carrière… Voici  les meilleurs titres réunis pour la première fois.

L’album comprend trois titres inédits : Berceuse, Camarade et Ma France que Francesca a interprétés en direct à la télévision, en mars 2010 lors de l’adieu à Jean Ferrat.

«Promesse à Nonna» Sortie le 20 février 2012

Francesca Solleville y interprête les chansons écrites par ses amis auteurs et compositeurs.
Comme les tout derniers textes d’ Allain Leprest ou sa surprenante collaboration avec les Hurlements d’Léo par exemple.

francesca

Dossier de presse
Fiche technique
Photos de Presse
Affiche

Merlin Prod'Francesca Solleville